DD Dorvillier & Zeena Parkins

Danza Permanente

ma 26 — je 28.01 / 20h / Salle des Eaux-Vives

Comment une danse qui se prend pour une musique peut-elle produire du sens, de l’émotion ? Qui se prend par exemple pour le quatuor à cordes Opus 132 en la mineur de Beethoven ? Voici cette pièce transposée par DD Dorvillier et Zeena Parkins pour quatre danseuse·eur·s. Dans un (presque) silence.

Création 2012 reprise en 2019
Pièce lauréate du concours PODIUM 2019

Si Merce Cunningham a révolutionné la danse en la dissociant de la musique, la chorégraphe portoricaine DD Dorvillier réussit, elle, une sorte de prouesse artistique : transposer une partition musicale en une œuvre chorégraphique dans un quasi-silence. De la partition originelle du Quatuor N°15 Opus 132 en la mineur de Beethoven, Danza Permanente ne fait entendre aucune note. Quatre danseurs incarnent la structure musicale, le comportement et la rythmique du chef-d’œuvre tardif du compositeur devenu sourd. Chacun des interprètes prend ainsi en charge la partition des deux violons, de l’alto et du violoncelle. Ils se saisissent des cinq mouvements contrastés du quatuor, à la fois instruments et interprètes, donnant à voir une nouvelle abstraction qui suscite d’autres émotions, sensations et pensées. Créée en 2012, la pièce se nimbe de l’environnement sonore conçu par la compositrice Zeena Parkins. Établie en France depuis une dizaine d’années, chercheuse associée au master EXERCE, DD Dorvillier interroge ici avec maestria notre perception des relations entre musique et danse.
humanfuturedancecorps.org/

DD Dorvillier
Chorégraphe américaine, née à Porto Rico, DD Dorvillier développe son travail artistique à New York dès 1989 puis s’installe en France en 2010. Sa pratique artistique actuelle trouve son équilibre entre l’exploration du corps sensible, de la pensée et du langage. Elle cherche à encourager l’autonomie du public dans la réception et la transmission de ses œuvres. La relation avec le son, la lumière, l’objet, comme des matières presque linguistiques sont souvent des moteurs pour ses créations.

Zeena Parkins
Zeena Parkins est multi-instrumentiste, compositrice, improvisatrice, artiste sonore. Reconnue comme l’une des pionnières de la harpe électrique, elle a également étendu le vocabulaire de la harpe acoustique grâce l’utilisation inventive de techniques de jeu inhabituelles, préparations et couches de traitement numérique et analogique. Elle a reçu trois Bessies Award pour son apport exceptionnel à la musique dans les domaines de la danse et de la performance aux Etats-Unis et dans le monde.

plein : 25.-
réduit : 20.-
mini : 15.-
carte 20ans/20frs : 10.-

D’après l’œuvre de Ludwig Van Beethoven, Quatuor à cordes Op. 132 en la mineur, “Heiliger
Dankgesang”

créé par DD Dorvillier et Zeena Parkins — chorégraphie & concept — DD Dorvillier  — environnement acoustique, direction musicale Zeena Parkins — distribution reprise Katerina Andreou, Liza Baliasnaja, Amanda Barrio Charmelo,
Sébastien Chatellier, Walter Dundervill — créé en 2012 avec les interprètes Fabian Barba, Nuno Bizarro, Walter Dundervill, Naiara Mendioroz, et avec le regard extérieur de Heather Kravas avec les voix enregistrées de Heike Liss, Jonathan Bepler and Carla Kihlstedt — lumière Thomas Dunn — costumes création Michelle Amet — costumes reprise 2019 DD Dorvillier — direction technique Nicolas Barrot — production Laura Aknin

production — human future dance corps

coproductions reprise 2019 CCN de Caen, CCN d’Orléans, CCN de Rillieux-la-Pape, Le Pacifique CDCN Grenoble ARA, CN D Centre national de la danse

avec le soutien de la DRAC Bourgogne Franche-Comté
pièce lauréate du concours PODIUM 2019* (Le Pacifique CDCN Grenoble)
coproductions 2012 The Kitchen (New-York, USA), STUK (Louvain, Belgique), CNDC d’Angers, PACT Zollverein (Essen, Allemagne), les Rencontres Chorégraphiques de Seine-Saint-Denis Danza Permanente 2012 a reçu le soutien de MAP Fund, avec l’aide de la Doris Duke Charitable Foundation, et de la Andrew W. Mellon Foundation, de FUSED (French-US Exchange in Dance), un programme du National Dance Project/ New England Foundation for the Arts, les Services culturels de l’Ambassade de France à New York, et FACE (French American Cultural Exchange) soutenu par the Doris Duke Charitable Foundation et la Florence Gould Foundation; bourse de recherche chorégraphique de la John Simon Guggenheim Memorial Foundation.

*PODIUM repose sur l’expertise d’un réseau de 17 partenaires de différents labels et territoires géographiques particulièrement impliqués dans la reconnaissance et la diffusion de la danse contemporaine. Ces partenaires ont collaboré pour repérer des créations, récentes ou plus anciennes, qui manquent encore de visibilité. A l’occasion de cette nouvelle édition, le cercle des partenaires s’agrandit jusqu’à la Belgique et la Suisse, avec l’ADC comme nouveau partenaire.

How does a dance which takes itself for music produce meaning, emotion? A dance which takes itself for Beethoven’s string quartet Opus 132 in A minor for example? DD Dorvillier and Zeena Parkins have transposed Beethoven’s score into a dance for four dancers. In (almost) silence.