Betty Tchomanga

Leçons de ténèbres

je 1 — sa 3 déc / pièce de groupe
je-ve 20h, sa 19h RESERVER OU ACHETER

Les Leçons de ténèbres sont un ancien genre musical qui se lamente sur la chute de Jérusalem : celles de Betty Tchomanga pleurent la destruction de la planète. Traceurs du monde, des corps connectés à l’histoire coloniale font ici lever des visions. Des métamorphoses. Des vibrations.

Création 2022 / première suisse

 

— Soirée RELAX vendredi 2 décembre

Les Leçons de ténèbres sont un ancien genre musical liturgique qui se lamente sur la chute de Jérusalem. Ce sont des polyphonies vocales du XVIIème siècle. Les leçons de Betty Tchomanga pleurent, elles, la destruction de la planète : une lamentation ancrée dans les intuitions de Malcolm Ferdinand et de son essais Une écologie décoloniale. Notamment l’image du bateau négrier comme métaphore de l’histoire de la Terre. La pièce se nourrit aussi du mythe de Mami Wata et du vaudou, ce système de croyances articulant les quatre éléments – terre, eau, air et feu – ainsi que l’opposition lumière/obscurité.

Traceurs du monde, quatre corps connectés à l’histoire coloniale font ici lever des visions. Des métamorphoses. Des vibrations. Ces figures courbées déterrent les récits qu’on ne voudrait pas voir, qu’on voudrait oublier. Elles sont portées par un vortex musical puisant aussi bien chez Jimi Hendrix, Kali Malone, Kae Tempest ou Curtis Mayfield que chez Couperin. Et placées dans un dispositif quadrifrontal qui fusionne le cercle du vaudou avec la rampe du théâtre occidental.

Formée au CNDC d’Angers, Betty Tchomanga a notamment été interprète pour Emmanuel Huynh, Alain Buffard, Fanny de Chaillé et Marlene Monteiro Freitas. Menée en parallèle, sa pratique d’auteure prend des formes diverses. En 2012, elle signe –A– ou il a sûrement peur de l’eau le poisson, en collaboration avec le musicien Romain Mercier ; en 2013, elle crée un spectacle in situ intitulé Le Rivage, en collaboration avec Oriane Déchery et Jérôme Andrieu. En 2016, Betty Tchomanga intègre l’Association Lola Gatt Productions chorégraphiques implantée à Brest en tant que chorégraphe associée et créée Madame pour trois interprètes. Début 2020, elle créé un solo intitulé Mascarades.

conception  Betty Tchomanga
interprétation  Betty Tchomanga, Amparo Gonzalez Sola, Léonard Jean-Baptiste et Zoé Jaffry (en alternance avec Balkis Mercier Berger)
assistante à la création  Emma Tricard
création sonore Stéphane Monteiro
collaboration musicale Mackenzy Bergile, Folly Azaman
création lumière Eduardo Abdala
espace Eduardo Abdala, Émilie Godreuil et Betty Tchomanga
création costumes Betty Tchomanga en collaboration avec Marino Marchand (Confection perles : Love Aziakou, Jacqueline Houessinon)
régie générale et plateau  Emilie Godreuil
regard extérieur Dalila Khatir
travail vocal Dalila Khatir et Viviane Marc
technicien plateau  Bruno Roudaut
voix enregistrées  Folly Azaman et Fortuné Agossa
production et diffusion Aoza – Marion Cachan
remerciements  équipe technique du Quartz, Vincent Blouch

production Association Lola Gatt
coproduction Le Quartz scène nationale de Brest, centre chorégraphique national de Caen en Normandie dans le cadre de l’accueil-studio, Centre Chorégraphique National d’Orléans – Direction Maud Le Pladec dans le cadre de l’accueil-studio, Le Pacifique – CDCN de Grenoble, Les Hivernales – CDCN d’Avignon, Théâtre de Vanves, Le Triangle – Cité de la danse de Rennes, Coopération Nantes-Rennes-Brest-Rouen – Itinéraires d’Artiste[s], wpZimmer – Anvers – Belgique, Les Subsistances Lyon, Be My Guest – Réseau international pour les pratiques émergentes
avec le soutien de Gessnerallee – Zürich – Suisse, Le Centre – Cotonou – Bénin, Kunstencentrum BUDA – Courtrai – Belgique
mécène  SARL SICC Saint-André-de-Cubzac
avec le soutien financier de la DRAC Bretagne, de la Région Bretagne, du Département du Finistère, de la Ville de Brest, de l’Institut Français et de la Caisse des Dépôts

Leçons de ténèbres are a baroque musical genre that lament the fall of Jerusalem: Betty Tchomanga’s lessons lament the destruction of the planet. Tracing the world, bodies connected to our colonial history invoke visions to the stage. Metamorphoses. Vibrations.

© Justine Komé & Betty Tchomanga