Journal de l’ADC

Le Journal de l’ADC, créé en 1994, est la seule publication sur la danse éditée en Suisse romande. Depuis 2019 le journal donne essentiellement la parole aux artistes et praticien-nes par le biais d’entretiens, d’analyses d’oeuvres, de retours sur ce qui est fait et tenté. Il cherche à examiner les esthétiques, analyser les processus, discuter les politiques. Il souhaite aussi sensibiliser son lecteur à l’histoire de la danse, à la culture chorégraphique, à l’histoire du corps et de ses représentations. Une nouvelle formule a vu le jour en 2019, année à laquelle le journal est passé de trimestriel à bisannuel.
Imprimé à 3’000 exemplaires, il est envoyé gratuitement sur demande et diffusé dans 80 lieux culturels, en ville de Genève notamment, et dans une trentaine de lieux en Suisse et en France. Les différents exemplaires peuvent également être téléchargés ci-contre.

Parution du Journal n°82 — janvier 2023
Recevoir le journal
Abonnement au journal

Les 4 focus du n°81 en quelques lignes

_1. Fantômes etc.
Qu’est-ce que le corps dansant garde pour lui? Si la tâche de l’interprète est d’amener à une perception partagée de mouvement internes, de flux invisibles, d’expériences inapparentes, alors quels sont les monologues intérieurs ou dialogues plus ou moins secrets qui assurent ce transfert? Dans ce dossier, on s’engloutit dans la description subtile de remous invisibles, on entre dans les récits, motivations et sensations profondes des interprètes, on traque dans la pratique les présences autres, impalpables, à la lisière de l’être.

_2. Le nationalisme alternatif de Shanti Bardhan
Annie Suquet, historienne de la danse, nous plonge en Inde après l’Indépendance. Tandis que l’essor des formes de danse nationale dans le monde postcolonial permet de revendiquer la singularité culturelle, le chorégraphe Shanti Bardhan œuvre à un tout autre type d’approche.

_3. Réceptions fictionnées
Deux approches distinctes s’articulent dans ce petit focus sur la réception artistique : Charlotte Imbault et son recueil de témoignages audio qui produisent, uniquement au travers de descriptions, comme le paysage d’une pièce chorégraphique. Roberta Alberico et son explication de la fanfiction en littérature pour en appeler à une libération du regard sur la danse, et à une libération de son interprétation.

_4. Une loi pour la culture
Attendue depuis deux ou trois ans : la mise en consultation par le canton de Genève d’un avant-projet de loi sur la culture. Ouvert aux commentaires jusqu’à fin mai 2022, ce texte a été largement lu, ausculté et discuté par les milieux culturels. Nous avons demandé à 10 personnalités issues de différentes disciplines de s’exprimer à son sujet, histoire de saisir l’atmosphère ambiante au moment d’un virage majeur pour la culture à Genève.