ZOO/Thomas Hauert

If Only

sa 29 — di 30.08 / sa 21h, di 15h et 17h30 / Salle des Eaux-Vives / durée : 60′

Etat de soi, état du monde : Thomas Hauert fait vibrer notre fragile présent en puisant dans la mémoire. De son écriture chorégraphique, du corps des interprètes, d’un morceau presque transparent de John Cage. Si on avait su. If only. Si on avait agi. If only. Si on pouvait agir. Une danse de l’après.

+ Les RP Danses – Genève organisent pour les danseur-ses pros une masterclass avec Thomas Hauert le vendredi 28 août de 10h à 13h et de 14h à 17h. + d’infos

+ Mesures sanitaires et plan de protection détaillé qui encadrera l’accueil du public

Une création 2020 coproduite par La Bâtie et accueillie en partenariat avec l’ADC

Deux ans après le festif How to proceed, Thomas Hauert revient avec une pièce plus sombre, plus inquiétante et marquée par une forme de vulnérabilité. Avec ses compagnon·ne·s de route – Liz Kinoshita, Sarah Ludi, Federica Porello, Samantha Van Wissen et Mat Voorter – le chorégraphe s’est plongé dans les souvenirs de sa compagnie ZOO, méditant sur les gestes fantômes, mouvements inachevés, vestiges et ruines des danses qui hantent toujours les mémoires et corps de ceux qui les ont portées.
Une « danse de l’après » se dessine délicatement au centre d’une architecture arachnéenne (conçue par Chevalier-Masson), qui évolue au gré des manipulations des six interprètes. Révélés par la transparence de la musique de Cage, chaque geste et élan deviennent de micro événements, ponctués par des étreintes aléatoires qui surviennent comme de possibles promesses d’espoirs. Car les interprètes de ZOO ne capitulent pas ; ils cherchent au contraire à attiser l’instinct de vie qui surgit malgré tout. S’interroger sur la possibilité d’un après, se réapproprier le temps, trouver de nouvelles échelles de virtuosité, développer une slow danse sont autant de rudiments qui ont alimentés le chantier d’If Only.
zoo-thomashauert.be
La Bâtie

Thomas Hauert fonde sa compagnie ZOO à Bruxelles en 1998. Cows in Space, sa première pièce est immédiatement primée aux Rencontres de Seine-St Denis/Bagnolet. Depuis, la compagnie a créé et diffusé plus de 20 œuvres. Dans ses pièces, il développe une écriture basée sur l’improvisation et explore la tension entre liberté et contrainte, individu et groupe, ordre et désordre, forme et informe. Le chorégraphe a également été invité à créer des œuvres pour le Ballet de Zurich, le Toronto Dance Theatre, la Candoco Dance Company et le Ballet de Lorraine entre autres. En complément de son travail chorégraphique, il a développé une méthode d’enseignement reconnue internationalement, basée sur la recherche sur le mouvement menée avec ZOO. Depuis 2013, il est le directeur artistique du Bachelor en danse contemporaine de La Manufacture – Haute Ecole des Arts de la Scène – et il est « artiste en compagnonnage » au Théâtre de Liège (2018-2022) et en résidence aux Théâtre Les Tanneurs.

plein : 30.-
réduit : 20.-
spécial : 15.-
festivalier : 7.-

Billets uniquement en vente auprès de La Bâtie
Spectacles ouverts à la réservation uniquement pour les abonné.e.s de l’ADC

concept & direction Thomas Hauert — créé & interprété par Thomas Hauert, Liz Kinoshita, Sarah Ludi, Federica Porello, Samantha Van Wissen, Mat Voorter — musique Thirteen Harmonies (1985), John Cage — interprétation musicale, voix Lea Petra (Keyboard), Wietse Beels (Violon) — son Bart Celis — scénographie Chevalier-Masson, Bert Van Dijck, ZOO — lumière Bert Van Dijck — costumes Chevalier-Masson — confection costumes Isabelle Airaud

production ZOO/Thomas Hauert, DC&J Creation — coproductions Théâtre les Tanneurs, Bruxelles (BE), Charleroi danse, Centre Chorégraphique de la Fédération Wallonie-Bruxelles (BE), La Bâtie-Festival de Genève (CH), Centre Chorégraphique National d’Orléans – direction Maud Le Pladec (FR) — soutiens Fédération Wallonie-Bruxelles – Service de la danse, Pro Helvetia – Fondation suisse pour les arts, Ein Kulturengagement des Lotterie-Fonds des Kantons Solothurn, Wallonie-Bruxelles International, Tax-shelter du gouvernement fédéral belge

State of self, state of the world: Thomas Hauert makes our fragile now shudder by delving into memories. Memories of his choreographic writing, of the dancers’ bodies, of a near-transparent John Cage score. If only we had known. If Only. If only we had acted. If Only. If only we could act. A dance for what comes next.