Boris Charmatz

Somnole

ma 5 avril 20h RESERVER OU ACHETER

Savoir que ses idées lui viennent souvent dans le demi-sommeil, et qu’il a passé une grande partie de son enfance à siffler. Voir alors que la dernière pièce de Boris Charmatz, Somnole, est un solo hiberné : une confiance faite au siffleur qui se souvient de mélodies entendues jadis à la radio.

Coproduction Pavillon ADC

Boris Charmatz n’a pratiquement pas écrit de soli. A peine un solo bicéphale avec Dimitri Chamblas, appelé Les Disparates. Ses pièces sont le plus souvent peuplées et débordantes, de vastes mécaniques dansées. Avec Somnole, il cherche au contraire un territoire qui vient de la solitude et du rêve, de l’ensommeillement. Il a commencé tout doucement en studio, en sifflotant une ligne monotonale, découvrant toutes les richesses du principe qui consiste à danser en sifflant : jonction de l’intime et de l’expression, lien soufflé entre des états intérieurs et des dynamiques de corps. Charmatz : « Dans  ma vie, j’ai l’impression d’avoir presque autant sifflé que dansé  – sauf que siffler appartient à un temps solitaire, non public. Le sifflet est comme une opération de conversion ; il convertit le grand en ténu. Un air d’Opéra de Haendel est réduit à presque rien – son squelette, sa mélodie. C’est comme de craquer une allumette : il y a la lumière, la chaleur, mais c’est peu, ça s’éteint vite. » Solo somnolent, lent ; solo hiberné, passif ; solo emmené par le presque rien d’un souffle qui rappelle à lui les mélodies de l’enfance, de la radio.

borischarmatz.org

chorégraphie et interprétation Boris Charmatz
interprétation Boris Charmatz
assistante chorégraphique
 Magali Caillet Gajan
lumières Yves Godin
ingénieur son Alban Moraud
collabortion ostumes Marion Regnier
travail vocal Dalila Khatir
avec les conseils de Bertrand Causse et Médéric Collignon
inspirations musicales J.S. Bach, A. Vivaldi, B. Eilish, La Panthère Rose, J. Kosma, E. Morricone, chants d’oiseaux, G.F. Haendel, Stormy Weather… Liste complète disponible sur borischarmatz.org
régie générale Fabrice Le Fur
régie lumière Germain Fourvel
directrice déléguée [terrain] Hélène Joly
direction de production Lucas Chardon, Martina Hochmuth
chargé.e.s de production Florentine Busson, Briac Geffrault
production et diffusion [terrain]
avec le soutien de Dance Reflections by Van Cleef & Arpels
coproduction Opéra de Lille ; Théâtre Lyrique d’Intérêt National ; le phénix – scène nationale de Valenciennes – pôle européen de création ; Bonlieu – scène nationale d’Annecy ; International Arts Festival REGARDING…; Charleroi Danse – Centre chorégraphique de Wallonie-Bruxelles (Belgique) ; Festival d’Automne à Paris ; Festival de Marseille ; Teatro Municipal do Porto ; Helsinki Festival ; Scène nationale d’Orléans ; MC93 – Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis (Bobigny) ; Pavillon ADC (Genève)
avec le soutien de Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette dans le cadre du programme Atelier en résidence
avec la participation artistique du Jeune théâtre national
remerciements Alban Moraud

Danseur et chorégraphe, Boris Charmatz soumet la danse à des contraintes formelles qui chamboulent tous les possibles. La scène lui sert de brouillon où jeter concepts et hypothèses, afin d’observer des réactions chimiques, des intensités, des tensions. De 2009 à 2018, il dirige le Musée de la danse, Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne. En janvier 2019, il lance [terrain], structure implantée en Région Hauts-de-France, avec un premier test au Zürcher Theater Spektakel : Un essai à ciel ouvert. En 2020, le festival d’Automne à Paris présente un important Portrait Boris Charmatz. En juin 21, il orchestre une performance pour 130 danseurs, Happening Tempête, pour l’ouverture du Grand Palais Éphémère à Paris.

Boris Charmatz vient tout juste d’être nommé à la tête du Tanztheater Wuppertal Pina Bausch.

First, learn that his ideas often come to him in a state of slumber, and that he whistled all through his childhood. Then realise that Boris Charmatz’s latest piece, Somnole, is a hibernated solo: trust given to the whistler recalling tunes once heard on the radio.

© Marc Domage